Objectifs

Les activités du GDSA76, uniquement d’ordre sanitaire au service des apiculteurs adhérents, répondent à 4 objectifs :

La lutte contre les prédateurs des abeilles

par des actions ciblées :

- Le programme sanitaire d’élevage (PSE) permet de fournir aux adhérents signataires du PSE des médicaments vétérinaires 

- L'organisation de tests d’efficacité des produits anti-varroas (40 colonies testées en 2019 par 5 apiculteurs)

 

- La destruction des nids de frelons asiatiques chez les adhérents du GDSA76 : le département est couvert par 22 référents  qui sont des bénévoles formés et équipés de protections individuelles, de poudreuses et de perches

- La fourniture de matériel de piégeage du frelon asiatique

Les pesticides tuent ...

le varroa encore plus.

La formation sanitaire

- Formation sanitaire annuelle, ouverte à tous, en janvier et bientôt en juin

- Formation continue de 22 Techniciens Sanitaires Apicoles (TSA)

- Formation « Certibiocide » dans le cadre de la lutte contre le frelon asiatique

- Formation sanitaire par des TSA dans les ruchers-écolesauprès des adhérents des associations apicoles de Seine maritime, nouveaux comme expérimentés.

La communication et l'information sanitaire

- Site internet et bulletin annuel

- Sensibilisation, information des apiculteurs et du grand public : stand dans les salons et évènements apicoles (Printemps des abeilles à Buchy, congrès de l'apiculture à Rouen, assemblée générale d'associations) ou dans les commerces de matériels apicoles le jour des livraisons d'essaims.

Le conseil aux adhérents

Des visites de ruchers sans frais, sur demande des apiculteurs ou programmées dans le cadre du programme sanitaire d’élevage (PSE) signé avec l'Etat, sont assurées par les Techniciens Sanitaires Apicoles (TSA)

La recherche de financements

Le GDSA 76 sollicite et répartit les aides financières départementales

Ex. : en 2020, pour permettre aux apiculteurs de mettre en oeuvre une stratégie de lutte et de prévention face à varroa, le GDSA reverse une aide de 2 € par ruche. Cette aide est basée sur le nombre de ruches détenues et traitées contre le varroa en 2018.